Bien photographier la Fête des Lumières à Lyon

Vous avez réservé votre billet de train pour Lyon début décembre ? Vous allez déambuler dans les rues de la ville tous les soirs pour photographier les illuminations ? Super, je serai probablement en train de faire la même chose que vous … Mais pour assurer les meilleures photos possible, quelques précieux conseils peuvent transformer des photos floues et sombres en superbes réalisations. Je vais rester simple et concis !

Pied photo

Tout d’abord, sachez qu’un pied photo est absolument obligatoire ! Si vous n’en avez pas, toutes vos photos devront être prises avec un support stable : un banc, une barrière …

Si vous avez ce précieux ustensile, apprenez à vous en servir rapidement, car vous n’aurez pas beaucoup de temps pour le déplier et le replier entre chaque endroit. Pour garder la meilleure stabilité possible, dépliez-le toujours le moins possible (en fonction de la hauteur de prise de vue que vous voulez), en finissant toujours par la collerette qui vibre le plus (donc préférez déplier tous les pieds avant d’y toucher). Pour prendre une photo, utilisez une poire ou un déclencheur à distance : en effet, la simple pression du bouton va faire vibrer le pied … Si vous n’avez ni l’un ni l’autre, ajoutez un retardateur de 2 secondes minimum dans les réglages de l’appareil (testé et approuvé).

Reflex

Un reflex est bien sûr fortement recommandé ! Vous pourrez alors régler des paramètres indispensables comme l’exposition, l’ouverture ou le temps de pose. Voyons ces réglages en détail…

L’exposition

Ou ISO, correspond à la sensibilité du capteur photo (dans le temps, c’était la sensibilité de la pellicule), donc en vulgarisant, la lumière imprime plus ou moins vite en fonction de l’ISO. En général, l’exposition est automatique sur un reflex, mais si vous voulez de belles photos, je vous recommande chaudement de changer la plage d’exposition automatique. En effet, à la sensibilité maximale, vous ne verrez qu’une grosse purée de pois. Il faut donc limiter la plage qu’utilisera votre appareil (sachant que de nuit, il utilisera essentiellement le maximum défini).
l’expo maximale est différente en fonction de l’appareil que vous avez. Mais pour la trouver, c’est très simple : vous allez prendre une photo de la rue en face de chez vous, de nuit. Elle est normalement peu éclairée, et devrait ressembler à ce que vous allez photographier. Réglez votre appareil photo sur l’ouverture maximale (le plus petit chiffre donc, par exemple F/1.4), et une pause à 1/25e de seconde. Forcez l’ISO en commençant par ISO 800 et en incrémentant petit à petit entre deux photos. Allez maintenant regarder les photos en grand sur votre écran d’ordinateur, et déterminez l’ISO maximum avant de voir apparaitre beaucoup de grain dans votre image. Sur un reflex d’entrée de gamme, cela sera aux alentours de ISO 1600. Sur un reflex haut de gamme, ISO 3200. Vous avez choisi ? OK alors maintenant modifiez la plage ISO automatique, et définissez le maximum. Voilà, vous êtes au moins certain d’avoir des photos sans (trop de) bruit. Fixez ce paramètre, car en situation nous n’y toucherons plus.

La focale

Il s’agit vulgairement du zoom. Si vous avez un reflex à objectif interchangeable, choisissez un objectif avec la plus grande focale possible. En effet, vous allez prendre essentiellement des plans larges, donc ne vous encombrez pas d’un téléobjectif. Personnellement, j’utilise un 24-105mm (mais un 24-70 serait encore mieux car normalement plus lumineux) et j’effectue 90% de mes photos entre 24mm et 50mm.

L’ouverture

Elle définit la profondeur de champ, c’est à dire la part d’image qui sera nette, et celle qui sera floue en fonction de la profondeur par rapport à la mise au point (cette partie floue s’appelle le bokeh). Pour un 8 décembre, vous allez surtout photographier des murs éclairés, et avec un très grand angle, donc peu de travail artistique à faire sur la profondeur de champ. Choisissez donc l’ouverture la plus grande possible (donc F/4 ou moins : attention c’est une fraction, donc ouverture la + grande == chiffre F/X le plus petit), qui vous donnera donc le plus de lumière.

Le temps de pause

Plus il est court, moins votre image sera lumineuse. Donc il s’agira de trouver le temps le plus long possible, tout en gardant une image nette. Comme vous avez un pied, pas de limite ! Cela va donc dépendre de votre sujet :

  • Pour une scène fixe, n’hésitez pas à faire des temps de pause supérieurs à 15 secondes. Cela aura un autre avantage : les (nombreux) passants seront flous.
  • Pour les projections, deux réglages pour avoir des images nettes :
    • Si c’est un éclairage au laser (très lumineux, utilisé aux Terreaux notamment), un temps de pause de 1/3 de seconde suffit (car le laser produit moins d’images par seconde)
    • Si c’est du vidéo projecteur (classique, mais un peu moins lumineux), il faudra prendre à 1/25e de seconde.

Voilà, j’espère qu’avec tous ces conseils, vous allez prendre de magnifiques photos !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *